Président de la fédération de Gouye Mady Boury dans la région de Kaffrine

« Ma production rizicole me permet d’assurer la ration alimentaire en riz de la famille pendant 12 mois ».

 

 

 Boye FALL, bénéficiaire de la ferme de Vélingara Tall, région de Louga

« J’ai suivi la formation sur la transformation des produits agricoles et je l’ai pratiquée dans la ferme au moment où personne ne croyait qu’on pouvait y avoir de la plus-value. En effet, la transformation de la tomate ne concerne que les écarts de tri (produits de 2ème et 3ème choix). Ainsi, un cageot de tomate d’écart de tri transformée est vendu à 7.000 F alors que celui non transformé et de 1er choix est vendu à 5.000 F»

 

Assane Gaye, bénéficiaire de la ferme de Ngaye Diawar région de Louga « Je travaillais en Italie comme modou modou et quand j’ai entendu qu’un projet de ferme agricole était en train d’être réalisé dans mon village, j’en ai profité pour revenir au pays et voir ce qui en était. J’ai vu que le travail correspondait à ce que je faisais à l’étranger. J’ai donc décidé de rester car je suis persuadé de pouvoir y gagner ma vie et d’être près des proches » 

 

 

 

 Khady SOW, Présidente de la coopérative laitière de Largal

Les différents appuis apportés au développement de la filière laitière (étables, vaches métisses, insémination artificielle, hangars, motofaucheuses, chariots, laiteries, kiosques et petits équipements) ont permis aux bénéficiaires pour la plupart des femmes de se procurer mensuellement des revenus variant entre 75 000 et 225 000 FCFA

 

 

 

Témoignages des bénéficiaires lors de la mission de coordination du 6 au 15 mars