Les ressources en eau souterraine constituent une part important du patrimoine hydraulique du Sénégal. Le patrimoine mobilisable qui correspond aux apports d’eau renouvelable est évalué à prés de 3 à 4 Milliards de m3 par an.

Ces ressources en eau disponibles sur une grande partie du territoire sénégalais, jouent actuellement un rôle stratégique dans l’approvisionnement en eau potable du pays.

Ainsi d’après les données statistiques, plus de 80% de la population totale du pays dont 60% de la population urbaine est approvisionné à partir des eaux souterraines.

Les formations géologiques

Le Sénégal est caractérisé par  deux grands ensembles géologiques : le bassin sédimentaire et le socle ancien (boucle africain).
–   Le vaste bassin sédimentaire

Il est constitué de couches d’épaisseur variable alternant sable, grés, argiles, graviers, calcaires et marnocalcaires qui se sont déposés depuis la fin du secondaire (Maestrichtien) jusqu’au Quaternaire et qui ont été affectées par différentes phases tectoniques.
–  Le socle ancien

Il est constitué de formations éruptives et  métamorphiques qui occupent moins de 1/5 du territoire et sont localisées dans la partie orientale du pays.

Cette  configuration géologique conditionne la nature et le type de gisement des eaux souterraines du Sénégal, c’est ce qui nous a permis de distinguer deux grands ensembles :

  • Les aquifères de type fissurés discontinus à semi-continus du socle, ou l’eau circule dans les fissures et les fractures.
  • Les aquifères de type intergranulaire des formations sédimentaires perméables ou l’eau circule à l’intérieur des grains.
  1. Les différents systèmes d’aquifères

Au Sénégal, quatre grands systèmes d’aquifères correspondent aux principales formations géologiques existantes :

  1. Le système aquifère superficiel  qui regroupe les formations sablo-argileuse et sableuse duQuaternaire (QT), du Continental Terminal(CT) et de l’Oligo-Miocène(OM) ;

Ces formations ont, selon les zones, une épaisseur variable qui peut aller d’une vingtaine de mètres sur l’axe Mbour-Dagana  et dans la vallée du fleuve Sénégal jusqu’à 175m dans la région de Tambacounda, l’épaisseur moyenne se situe aux environs de 60m.

  1. Les nappes du quaternaire

Elles sont contenues dans des sables plus ou moins argileux qui s’étendent depuis le  fleuve Sénégal jusqu’en Casamance. Ces nappes comprennent quatre aquifères différents:

  • Nappe des alluvions du fleuve Sénégal

L’aquifère de cette nappe va de Bakel à Podor, le long du fleuve Sénégal. Il devient salé plus à l’Ouest à cause de la remontée des eaux marines. Son potentiel est estimé à 140 000 m3/j.

Source : DGPRE