Le Volet Elevage du Pasa/Lou-Ma-Kaf est l’un des trois (3) agences d’exécution chargés de la mise en œuvre des activités du projet. Son ancrage est le Ministère de l’Elevage et des Productions Animales, à travers la Direction de l’Elevage (DIREL).Il a à sa tête un coordonnateur du Volet Elevage (CVEL) trois (3) experts (renforcement de capacités et genre, pastoraliste, Génie rural), un comptable et du personnel d’appui (3 chauffeurs, 2 gardiens) en charge de la supervision de la mise en œuvre des activités sur le terrain. Le Volet est également relayé sur le terrain par les Services de l’Elevage (au niveau régional, départemental et local) avec 65 agents impliqués et 9 animateurs. Les activités prévues portaient sur, outre celles de renforcement des capacités adossées à la valorisation des infrastructures :
– la mise en place de 18 forages pastoraux dont 10 nouveaux et 8 réhabilitations ;
– l’aménagement de 8 mares pastorales ;
– la construction de 60 Km de piste pastorale ;
– la construction de 30 parcs de vaccination, de 120 bergeries, 60 poulaillers améliorés, de 25 hangars de stockage de fourrage, de 15 étables laitières, la construction de 12 magasins d’aliment de bétail avec un stock revolving de 840 tonnes (70 tonnes/magasin) ;
– la construction de deux (2) laiteries à Dahra et Ourossogui ;
– la construction de l’Abattoir de Koungheul ;
– la mise en place de 25 unités pastorales ;
– l’ouverture de 500 Km de pare-feu ;

En termes de résultats obtenus, on peut noter à ce jour :
– la mise en pace de 11 forages pastoraux (7 en cours) ;
– l’aménagement de 8 mares pastorales ;
– la construction de 66 Km de piste pastorale entre Dahra et Thiél ;
– la construction de 100 parcs de vaccination, 121 bergeries, 77 poulaillers améliorés, 25 hangars de stockage de fourrage, 15 étables laitières, 13 magasins d’aliment de bétail (dont celui de Linguère d’une capacité de plus de 200 tonnes) ;
– la construction des deux (2) laiteries écologiques fonctionnant au solaire à Ourossogui et Dahra ;
– la construction d’un Abattoir écologique à Koungheul fonctionnant intégralement à l’énergie solaire (pompe du forage, éclairage par panneaux solaires) ;
– la mise en place de 25 unités pastorales avec plans de gestion adoptées par délibération des Communes ;
– l’ouverture de 954 km de pare-feu.

Par ailleurs, dans le souci d’améliorer le plateau technique des agents intervenant dans le projet, neuf (9) Services de l’Elevage/postes vétérinaires ont été construits ou réhabilités à Kaffrine (Service régional), à Ida Mouride, Gainthe Pathé, Barkédji, Dahra, Mbeuleukhé, Sagatta Djoloff, Lougueré Thiolly et Malem Hodar.

Les revenus générés par les étables laitières (revenu moyen par étable et donc par bénéficiaire) sont en moyenne de 105 000 F par mois avec un minima de 25 000 F et un maxima de 75 000 F (non compris l’autoconsommation par le ménage, à raison de 1 à 2 litres par jour). Par ailleurs, 61 emplois directs ont été créés à plein temps dont 48 emplois pour des femmes et 13 pour de jeunes hommes. A ce jour, sur toutes les filières, 432 emplois ont été créés dont 66% pour les femmes.

Outre les interventions directes sur la chaine de valeur laitière, le projet a appuyé l’élevage pastoral à travers la mise en place des 25 unités pastorales (UP) avec plans de gestion et délibérations adoptées par les autorités administratives et locales, la vaccination du cheptel, la préservation des parcours, la sensibilisation sur les feux de brousse, des appuis en intrants, la formation des agents vétérinaires, etc. Les résultats suivants ont été notés : une production dans les 25 UP en 2013, année de référence avant les interventions, de 6 319 tonnes de lait et une projection en fin 2018 portant sur 6 861 tonnes de lait, soit un effet induit de +542 tonnes de lait, autrement dit 542 000 Litres de lait, soit + de 50% des objectifs globaux fixés au projet (1 000 000 litres de lait).Concernant les effets induits dans les trois (3) régions, on peut noter que les productions laitières régionales pourraient passer de 29 millions de litres à 34,7 millions de litres, soit une augmentation de 5,65 millions de litres. Les revenus générés par les poulaillers oscillent entre 7 500 et 150 000 FCFA (revenu moyen mensuel de 32 970 F). le maxima concerne l’aviculture plus améliorée (couvoirs, éclosoirs …). Quant aux bergeries, le revenu moyen mensuel est de 163 000 F avec un minima de 50 000 et un maxima de 650 000 FCFA (élevages de Ladoum en zone agropastorale).
Source des résultats provisoires : Etude de la situation de référence du projet, juin 2016.
ANNEXES : EFFETS ET IMPACTS DES INTERVENTIONS PRÉVUS/OBTENUS(PROVISOIRES)

 1.  Indicateurs genre :

2.    Emplois créés selon le genre :

3. Effets induits au niveau régional :